Document sans titre

Donald Trump Président, que font les marchés ?......

N°346



Semaine du 14 au 18 Novembre 2016


Il s’agit d’une double surprise : L'élection de Donald Trump et surtout la réaction des marchés par la suite.


Les marchés anticipent à présent une reprise de l'inflation et de la croissance grâce au plan de relance sur 5 ans et à la baisse des impôts. Les secteurs liés directement ou indirectement à cette relance ont été favorisés au détriment des secteurs pouvant être impactés par un peu plus de protectionnisme.


Conséquences :


  • Une hausse des taux longs souverains dans toutes les zones :
    • Le taux 10 ans US est passé de 1,8% à 2,2%
    • En Allemagne de 0,15% à 0,35%
    • En France de 0,45% à 0,80%
  • Une hausse du Dollar contre Euro de 1,11 à 1,08.
  • Une hausse des valeurs financières et des valeurs pharmaceutiques et comme précédemment citées les valeurs liées au plan de relance.


Que faut-il en penser ?


À travers la hausse des taux, les marchés anticipent plus de croissance et plus d'inflation. Les deux risques majeurs sur les marchés sont les suivants :

  • Le premier : plus d'inflation (droits de douane sur les produits importés, et moins d'immigration) mais une croissance qui ne soit pas au rendez-vous et un prix du pétrole qui continuerait de s'éroder avec une augmentation de la production américaine.
  • Le deuxième : l'appréciation du taux de change effectif du Dollar qui risque de perturber les devises émergentes et en particulier une dépréciation plus importante du Yuan par rapport au Dollar.
Dans ces deux cas les marchés vont fortement corriger. En effet, les valorisations étaient déjà élevées à la veille des élections et l'impact de la hausse des taux longs ne sera pas compensé par une amélioration des perspectives de bénéfices.


En définitive, je trouve la réaction des marchés beaucoup trop hâtive.


Ainsi, connaître les futures relation du président Trump avec le Congrès sera déterminant afin de mesurer sa capacité à appliquer son programme. Concernant la baisse des impôts, le congrès sera certainement favorable mais qu'en sera-t-il du programme de relance de type keynésien (anti-libéral) ? Le dernier point est le côté imprévisible du personnage qui peut nous réserver bien des surprises sur ses prochaines décisions.


En conclusion :


Au niveau plus global, il se profile pour les trimestres à venir pour l'ensemble des zones géographiques un changement (après les différentes échéances électorales) dans le Policy Mix à savoir un peu moins de politique monétaire accommodante et un peu plus de relance budgétaire. La question est de savoir si finalement la croissance va accélérer et ceci sera très largement dépendant de l'inflation car dans la phase de remontée des taux nominaux ce qui compte ce sont les taux d'intérêt réels.