Document sans titre

Et Maintenant, place aux législatives…...

N°370



Semaine du 08 au 12 Mai 2017


Emmanuel Macron a été élu président de la République avec près de 66% des votes en sa faveur, un score plus élevé qu’attendu et rassurant pour son parti en vue des élections législatives. Les sondages concernant ces dernières placent en effet le parti du président élu à 26% des intentions de vote devant Les Républicains (22%), le Front national (21%), la France insoumise (14%) et le PS (9%). Par ailleurs, les centristes de l'UDI maintiendront leur alliance avec le parti les Républicains, ce qui confirme le risque d'émiettement des voix, similaire à celui de l'élection présidentielle.


Le principal enjeu de ces législatives portera sur la capacité du nouveau Président à mettre en oeuvre les mesures phares de son programme, avec en premier lieu une profonde réforme du code du travail. Si l’ex-candidat avait déjà annoncé qu’il procèderait par ordonnance afin de gagner du temps et d’éviter des modifications susceptibles de minimiser l’impact de cette réforme, le vote ou le refus de celle-ci dépendra avant tout, rappelons-le, de la composition de l'Assemblée Nationale. Dans l’attente de cette prochaine échéance, l’attention se focalisera sur le futur gouvernement du président, pour lequel aucune information n’a filtré jusqu’alors, que ce soit sur le nom du Premier Ministre que choisira Emanuel Marcon, ou sur la pérennité de ce gouvernement au-delà des législatives.


Cette victoire signée par l’initiateur du mouvement En Marche, bien que prévisible et déjà intégrée par les marchés, depuis le premier tour génère un certain soulagement pour l’Europe et les principaux partenaires commerciaux de la France. Malgré une baisse de l’euro de -0,7%, et de -0.9% pour le CAC 40 au lendemain des élections, Emmanuel Macron devrait bénéficier d’une conjoncture très favorable pendant le début de son mandat. Effectivement, la Banque de France a publié ce mardi ses estimations et prévoit une accélération de la croissance pour le T2 de 0,5% (0,3% pour le T1-2017). Pour l’année en cours, le gouvernement, la Commission ainsi que le nouveau Président de la République prévoient une croissance de 1,4%, ce qui pourrait l’aider à faire passer ses réformes les plus difficiles, dans un contexte de reprise économique et d’optimisme.


Fascinée par le nouveau Président français, la presse américaine loue sa posture pro-européenne courageuse et son projet réformateur, qui contrastent avec le protectionnisme de Trump. Aux Etats-Unis aussi les indicateurs macroéconomiques sont bien orientés, avec une accélération des créations d'emplois en avril qui tend à confirmer que le ralentissement observé à la fin du premier trimestre n'était que temporaire. Au Congrès, les négociations portant sur les différentes réformes du président Trump se poursuivent, mais les divergences d'opinion au sein du parti ont obligé le Président à revoir à la baisse ses ambitions.