Document sans titre

Les banques centrales prêtes à agir…...

N°310



Semaine du 08 Février au 12 Février 2016


Les festivités pour la nouvelle année débutent en Chine, mais la nouvelle chute des réserves de change de -99,5 MM$ inquiète. Le contrôle du yuan coûte en réserves de change, mais permet de réduire les inquiétudes internationales quant à la santé de l'économie chinoise. Les réserves restent élevées à 3200 MM$, mais le rythme de réduction inquiète, d'autant que la baisse a eu lieu alors que les autorités chinoises ont multiplié les mesures visant à ralentir les sorties de capitaux et à attirer les capitaux étrangers. Depuis le 7 janvier, la Chine est parvenue à stabiliser sa devise face au dollar, contrairement aux mois précédents où l’utilisation de ces réserves ne permettait que de ralentir sa chute.


La prudence des membres de la Fed réduit l’hypothèse d’une hausse des taux directeurs lors de la prochaine réunion de politique monétaire qui se tiendra en mars. C’est d’ailleurs aujourd’hui, mercredi 10 février, que Janet Yellen a indiqué devant la Commission financière de la Chambre des Représentants qu’elle prévoyait une croissance modérée et une hausse graduelle des taux d'intérêt aux Etats-Unis mais s'est montrée inquiète de l'impact du ralentissement de l'économie mondiale. Elle a mentionné que les développements économiques à l'étranger "présentent des risques pour la croissance américaine" et que "les incertitudes sur la politique de change" en Chine accroissent "la volatilité sur les marchés financiers". L’avenir de la politique monétaire dépend aussi de la rechute des cours du pétrole. En effet, les pays de l’OPEP ont une nouvelle fois augmenté leur production le mois dernier réduisant fortement l’hypothèse d’un accord pour réduire l’offre. La persistance de la faiblesse des cours des matières premières pèse sur l’inflation.


Aux Etats-Unis, la question de la santé du marché du travail sera à l’ordre du jour cette semaine. Alors que les chiffres de créations d’emplois sont ressortis vendredi dernier à "seulement" 151 k emplois en janvier (contre une hausse de 262 k en décembre 2015), le taux de chômage a lui reculé à un niveau historiquement bas (+4,9%). La patronne de la Fed juge aussi dans son discours du jour que si les conditions financières moins favorables aux Etats-Unis, baisse des actions et nouvelle appréciation du dollar continuaient, cela pourrait "peser sur l'activité et le marché du travail".


La Banque du Japon avait pris la décision le 29 janvier de diminuer le taux de rémunération des dépôts à -0.1% pour faire face à la faiblesse de l’inflation et au ralentissement de l’économie chinoise. Malgré cela, depuis le début du mois de janvier, le yen continue de se renforcer face au dollar pour atteindre 115 ¥ pour 1$ ce mercredi matin, une première depuis novembre 2014. Pour mettre un terme à l’appréciation du yen, la Banque du Japon pourrait ainsi renforcer son action via une baisse supplémentaire des taux de dépôt, et ce d’autant plus que les salaires sont toujours mal orientés et que les négociations salariales du printemps semblent mal engagées. Certaines déclarations du patronat laissent à penser que les améliorations pourraient se manifester seulement par une hausse de la part variable des rémunérations.