Document sans titre

La Chine toujours en ligne de mire…...

N°306



Semaine du 11 Janvier au 15 Janvier 2016


La semaine débute dans un état d'esprit similaire à celui de la semaine dernière. Les indices asiatiques sont en baisse alors que la Chine continue d'inquiéter sur sa capacité à éviter un ralentissement marqué de sa croissance. Un haut responsable du pays a déclaré que l'objectif de 6,5% d'augmentation du PIB chaque année entre 2016-2020 serait difficile à tenir. En écho à ces propos, le Premier ministre, Li Keqiang, a annoncé que la Chine ne lancerait pas un plan de relance budgétaire via les investissements, ce qui risque d'entretenir les doutes des investisseurs. Dans ce contexte de ralentissement structurel, les autorités mettent l'accent sur les réformes plutôt que sur la défense à tout prix du taux de croissance. Par ailleurs, le yuan évolue dorénavant face à un panier de devises, ce qui peut impliquer un recul marqué face à certaines monnaies, en particulier le dollar.


Malgré ces incertitudes, John Williams, le Président de la Fed de San Francisco, a affiché son optimisme vis-à-vis de l'économie américaine et sur la capacité de la banque centrale à poursuivre son resserrement monétaire. Il estime que les signaux sont favorables aux Etats-Unis avec une amélioration continue du marché du travail qui devrait aider les hausses de salaires à accélérer. Cependant, si les hausses de salaires ne sont pas suffisantes au 1er trimestre pour compenser les pressions déflationnistes en provenance du reste du monde, cela devrait pousser la Fed à attendre juin pour procéder à la prochaine remontée de ses taux directeurs.


Malgré cette confiance, le dollar a reculé face à l'euro. Ce mouvement est d'autant plus surprenant que le contexte politique européen pourrait se dégrader à cause de l'Espagne. Les indépendantistes catalans ont finalement trouvé un compromis qui va leur permettre de poursuivre le processus visant à la séparation avec l'Espagne. Le gouvernement de la Catalogne devra parvenir à créer une banque centrale, un nouveau système fiscal, un appareil judiciaire et une armée. Le bras de fer avec Madrid sera particulièrement virulent mais les négociations avec l'Union européenne devraient également être compliquées. Cette nouvelle poussée vers l'indépendance de la région renforce le climat d'incertitude politique dans le pays alors que les élections générales espagnoles du mois dernier n'ont toujours pas permis la formation d'un gouvernement à Madrid.


Le président de la banque centrale suisse a indiqué que le franc serait stable ou baisserait cette année rappelant la volonté de l'institution d’empêcher une appréciation de sa devise. Au regard du contexte incertain, le statut refuge du franc suisse risque d'attirer les investisseurs, ce qui signifie que la BNS devra accentuer son action.


Enfin, les cours du pétrole n'en finissent plus de reculer avec en ligne de mire la barre des 30 $/baril. Les anticipations d'inflation baissent aux Etats-Unis et en zone euro (les anticipations d'inflation à 5 ans dans 5 ans ne sont plus désormais qu'à 2,0% aux USA et à 1.62% en Europe), ce qui imposera aux banques centrales une grande prudence et devrait maintenir sous pression les taux souverains en ce début d'année.